mercredi 1 février 2012

Je suis riche des biens dont je sais me passer.

Notre vie est une seule route derrière nous mais une multitude devant nous.

Le véritable metteur en scène de notre vie est le hasard.

L’humour est une tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie.

Le ciel n'est bleu que par convention, mais rouge en réalité.

Dans tous les asiles il est tant de fous possédés par tant de certitudes !

L’art véritable n’a que faire de proclamations et s’accomplit dans le silence.

La fortune des hommes est une roue et ne laisse pas toujours les mêmes au sommet

Je me moque de savoir beaucoup de choses : je veux savoir des choses que j'aime.

S'il y a du temporel dans la vie, il y a du spirituel dans l'engagement.

La vérité ne se dégage pas de la polémique, mais des oeuvres qu'on a faites.

Je ne me contente plus de ce que je peux obtenir, mais seulement de ce que je souhaite.

Entre deux individus, l'harmonie n'est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir.

Si le commerce était mieux fait, c’est le client qui devrait faire son prix.

C'est bon de ne pas regarder à la dépense de son énergie !

Le bon sens, tout le monde en a besoin, peu l'ont, et chacun croit l'avoir.

Il n’y a pas de fin. Il n’y a pas de début. Il n’y a que la passion infinie de la vie.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

La difficulté de réussir ne fait qu’ajouter à la nécessité d’entreprendre.

Les erreurs ont presque toujours un caractère sacré. N'essaye jamais de les corriger.

Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons.

Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c’est malhonnête.

Froide est la douleur de croire que la chaleur ne reviendra jamais.